Lecture : Les mots sont des fenêtres (ou bien ce sont des murs) de Marshall B. Rosenberg

Partant de la conviction que notre nature profonde nous porte à aimer, donner et recevoir dans un esprit de bienveillance, j'ai passé ma vie à m'intéresser à deux questions. Comment se fait-il que nous puissions nous couper de notre bonté naturelle au point d'adopter des comportements violents et agressifs ? Et inversement, comment certains individus parviennent-ils à rester en contact avec cette bonté naturelle, même dans les pires circonstances ?

Marshall B. Rosenberg

Lecture : Les cinq blessures qui empêchent d’être soi-même de Lise Bourbeau

"La blessure intérieure peut être comparée à une blessure physique que tu as sur la main depuis longtemps, que tu ignores et que tu as oublié de soigner. Tu as plutôt préféré porter un gant pour ne pas la voir. Ce gant équivaut au masque. Tu as cru qu'ainsi tu pourrais prétendre ne pas être blessé. Crois-tu vraiment que c'est la solution ? Bien sûr que non ! Nous le savons tous mais l'ego, lui, ne le sait pas. C'est une des façons qu'il a de nous jouer des tours."

Lecture : La magie du rangement de Marie Kondo

Marie Kondo explique que nous gardons les objets pour ces deux mauvaises raisons principales :

Par nostalgie du passé : vieux souvenirs que l'on conserve sans jamais les regarder nous maintenant dans une vision idéalisée de notre passé.
Par peur de l'avenir, peur de manquer : les choses que l'on garde "au cas où, on ne sait jamais".

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑